Se ronger les ongles, un signe d’anxiété?

Se ronger les ongles, un signe d’anxiété? | Nagelbijten, een teken van onrust?

Vous avez tendance à vous ronger les ongles des mains et parfois même des pieds? Dans ce cas, vous êtes concerné(e) par l’onychophagie (le terme médical employé pour nommer cette fâcheuse habitude). D’où vient-elle? Et comment l’empêcher?
L’onychophagie est une tendance particulièrement fréquente pendant l’enfance et l’adolescence. Selon les estimations, 28 à 33% des enfants entre 7 et 10 ans et 45% des adolescents se rongent les ongles.¹ À partir de 18 ans, la fréquence de ce comportement diminue. Celui-ci peut néanmoins persister chez certains à l’âge adulte ou seulement apparaître à cette période. Selon un sondage, 1,1 million de Belges sont atteints d’onychophagie.²

Pourquoi se ronge-t-on les ongles?

Bien que l’onychophagie existe depuis toujours, les études à ce sujet n’ont commencé que ces dix dernières années. Selon l’une d’entre elles³, se ronger les ongles est une habitude destinée à réduire la tension. Les personnes le font généralement quand elles sont nerveuses, stressées, lorsqu’elles ont faim ou encore qu’elles s’ennuient. Toutes ces situations ont un point commun: une anxiété difficile à gérer. Chez les adolescents, particulièrement concernés, cette anxiété peut être liée au manque de confiance en soi, dans une période où l’on se met en quête de ses semblables.
D’un point de vue symbolique l’onychophagie est un compromis entre l’agressivité (envie de mordre) et le plaisir oral (succion du doigt). Après leur acte, 42% des personnes qui se rongent les ongles expliquent ressentir un sentiment de plaisir.⁴
Généralement, l’onychophagie est une pratique passagère et anodine, mais elle peut également être le signe d’autres désordres mentaux et émotionnels à ne pas négliger (comme le TOC, trouble obsessionnel compulsif, par exemple).

Quels risques cause l’onychophagie?

Les conséquences de l’onychophagie ont, d’une part, un côté inesthétique. Et des mains négligées et abîmées nuisent à l’image que l’on projette. Pour preuve, 88% des personnes interrogées lors d’un sondage² estiment notamment que se ronger les ongles n’est pas hygiénique. D’autre part, l’onychophagie peut plus sérieusement:

  • abîmer les ongles et blesser la peau autour ainsi que les cuticules;
  • causer des problèmes dentaires;
  • provoquer des infections des gencives et de la gorge, puisque les bactéries présentes sous les ongles peuvent atteindre la bouche.

Se ronger les ongles est une habitude destinée à réduire la tension.

Comment arrêter de se ronger les ongles?

62% des personnes qui se rongent les ongles veulent se débarrasser au plus vite de cette manie.² Cependant, atteindre cet objectif se révèle souvent difficile, tellement ce réflexe est compulsif. Pour y parvenir, il est nécessaire d’identifier la cause de l’onychophagie et d’y remédier. S’il s’agit d’anxiété, ses sources devront être identifiées et l’apprentissage de techniques de respiration et de relaxation, par exemple, pourra aider à y faire face. Dans les cas les plus sévères, une approche multidisciplinaire impliquant plusieurs spécialistes: dermatologue, interniste, pédiatre, psychiatre et dentiste est recommandée. Au quotidien, diverses pratiques peuvent également aider:

  • appliquer sur l’ongle une solution au goût très désagréable, souvent amer. De cette façon, le geste qui auparavant provoquait une sensation de plaisir, est sanctionné;
  • bander ses doigts avec de l’adhésif perméable;
  • se faire une belle manucure: pose de vernis, port de faux ongles.

Mais l’élément clé de la réussite est le consentement et la détermination.

Ronger ses onglesBitener®

Pour les personnes qui désirent arrêter de se ronger les ongles. Formule de soin invisible à base de Bitrex®, l’un des ingrédients les plus amers au monde. Ne brille pas. Pour adultes et enfants à partir de 3 ans.

En savoir plus

Sources
1. Leung AK, Robson WL, Nailbiting, Clinical Pediatrics, 1990 Dec;29(12):690-2. Larousse médical, 2003
2. Sondage Ipsos réalisé auprès de 1000 personnes interrogées: Se ronger les ongles – Enquête en France (représentative pour l’Europe), Recherche iOmnibus– Novembre 2014.
3. Sachan A, Chaturvedi TP, Onychophagia (Nail biting), anxiety, and malocclusion, Indian Journal of Dental Research, 2012 Sep-Oct;23(5):680-2.
4. Pacan P, Grzesiak M, Reich A, Kantorska-Janiec M, Szepietowski JC, Onychophagia and onychotillomania: prevalence, clinical picture and comorbidities, Acta Dermato Venereologica, 2014 Jan;94(1):67-71.

Envie de prendre soin de vos mains?
Lisez cet article: Dites stop aux mains et aux pieds négligés!