Pr Steven Laureys: la méditation contre le stress

Le Pr Laureys1 est un neurologue de réputation mondiale. Dans son best-seller «La méditation, c’est bon pour le cerveau»2, il explique que méditer transforme la structure du cerveau. À la clé: des bienfaits sur la santé mentale, comme une meilleure gestion du stress. Interview!

La méditation est une pratique qui n’est pas connue de tous. Comment la définissez-vous?

Définir «la méditation», c’est aussi complexe que de définir «le sport». Ce dernier peut aller de l’athlétisme aux fléchettes en passant par la formule 1. La méditation est une gymnastique mentale qui reflète également différentes pratiques: la sophrologie, la cohérence cardiaque, l’autohypnose, le yoga… Mais il ne faut vraiment pas être un bouddhiste ou un moine pour parvenir à méditer.

Selon vos recherches, méditer a des bienfaits sur la santé mentale et peut notamment aider à gérer le stress. Comment l’expliquer?

L’étude clinique que j’ai réalisée montre que l’effet de la méditation peut être aussi grand que celui des antidépresseurs et des anxiolytiques. Cela est possible car cette pratique change les circuits qui se trouvent dans le cerveau.

Cette découverte impressionnante, vous l’avez réalisée en étudiant le cerveau de Matthieu Ricard, un moine bouddhiste?

Tout à fait! J’ai étudié son cerveau grâce à la résonnance magnétique, le pet scan ou encore l’électroencéphalographie.  Et j’ai pu voir de mes propres yeux que, grâce à la méditation, des parties de matières grises se développent davantage, de nouvelles connexions se créent, le contrôle de l’activité cérébrale s’améliore…

Plus précisément, quelle modification dans le cerveau permet une meilleure gestion du stress?

À ce niveau, il faut être prudent. Le stress a plusieurs dimensions. On ne peut donc pas le réduire à une seule région dans le cerveau ou à un seul neurotransmetteur (NDLR: substance chimique libérée par les neurones). On parle plutôt de réseaux, et plus particulièrement des circuits du système limbique. Si le stress est lié à l’anxiété par exemple, on aperçoit que l’amygdale va présenter des changements.

La méditation change les circuits qui se trouvent dans le cerveau!

Copyright : Michel Houet – Tilt Photographie

Matthieu Ricard à plus de 60 000 heures de méditation à son compteur! Mais est-ce que méditer peut créer des changements dans le cerveau de tous?

En effet, Mathieu Ricard est un grand athlète du mental. Mais, vous ne devez pas obligatoirement être un moine bouddhiste pour que la méditation transforme votre cerveau. Des modifications structurelles peuvent, par exemple, déjà se produire grâce au «Cycle MBSR» (Réduction du Stress Basée sur la Pleine Conscience) qui dure 8 semaines.

Si un lecteur désire commencer à méditer, comment doit-il s’y prendre? Un conseil?

Je ne conseille pas une méthode magique qui aiderait tout le monde. Je conseillerais plutôt à cette personne de procéder comme dans un «sushi bar», c’est-à-dire de tester différentes sortes de méditation. C’est notamment ce que propose le «Cycle MBSR». Mais il est possible d’approcher la méditation grâce à des applications comme Petit Bambou, en allant à un cours, en lisant un livre… Certaines activités de notre quotidien peuvent également nous plonger dans un état méditatif, comme faire de la musique ou du sport. De cette façon, chacun peut trouver le type de méditation qu’il apprécie et qui répond à ses besoins.

À quelle fréquence faut-il pratiquer la méditation?

La méditation représente le lâcher-prise, donc je n’aime pas l’accompagner de «Il faut…». Moi j’ai 5 enfants, un boulot à l’université, un autre à l’hôpital… Il y a des jours où je n’ai pas l’occasion de méditer de manière formelle. Mais je m’accorde des petites pauses, dans les embouteillages par exemple, où je prends de la distance et me connecte à ma respiration. Cela me permet déjà de gérer les choses plus positivement. Dans mon livre, je n’ai pas voulu mettre la barre haute, mon conseil est plutôt: «faites ce que vous pouvez».

Notes:
1 Le Pr Steven Laureys est directeur de recherches au FNRS, directeur du GIGA Consciousness & Coma Science Group de l’Université de Liège, directeur et professeur de Clinique au Centre du Cerveau² du CHU de Liège et co-directeur du Hangzhou International Consciousness Institute.
2 LAUREYS, Steven (2019). La méditation, c’est bon pour le cerveau, Paris: Odile Jacob, 2019, 272 p.

Revogan Saffron-28mg

Saffron® 

Formule spécialement développée pour les personnes qui souffrent de stress passager, de périodes émotionnelles ou de fatigue professionnelle. Le safran aide à promouvoir l’équilibre émotionnel et à maintenir une attitude positive. Le magnésium, les vitamines B6, B12 et l’acide folique contribuent à réduire la fatigue et à une bonne fonction psychologique, y compris la résistance au stress.

 

En savoir plus

Et vous, pratiquez-vous la méditation? Si oui, quels bénéfices cela vous apporte au quotidien? Partagez votre expérience avec notre communauté Revogan sur Facebook et Instagram!